petitsMoines

Senkyu - Partager la voix de Bouddha

 

" Les religions pensent que tout se passe dans leurs temples et leurs églises. Souvent quand ils en sortent, c’est pour imposer leur croyance et leur foi.
Parfois cela devient une question politique, financière, territoriale et liée au pouvoir.
C’est ainsi que les religions ont tant ravagé le monde.
Dans le bouddhisme aussi nous avons succombé à ces dérives violentes, injustes, usurpatrices et inhumaines, en opposition même avec l’enseignement du Bouddha.
Senkyu est la mission sans mission. Une pratique de rencontre dans la différence. Une pratique de fraternité humaine. Une pratique de bonté.
Sortir de notre dojo et partager notre pratique avec le plus grand nombre sans inculquer, sans recruter, sans dénigrer ce qui n’est pas notre croyance. Juste partager avec joie et simplicité.
Ainsi vous serez de vrais enfants de Bouddha lorsque vous pourrez vous asseoir en zazen, sans forme et sans rites, avec nos frères musulmans, juifs, chrétiens, hindouistes, athées.......
Nous serons de vrais enfants de Bouddha lorsque nous saurons parler de notre foi, partager notre pratique, garder l’enthousiasme de l’enseignement des Bouddhas, tout en aimant et respectant la foi ou l’absence de foi d’autrui.
Car le joyaux précieux que le Bouddha nous a légué n’est pas de devenir bouddhistes, mais de devenir des bouddhas.
Et ceci est très différent.
Zazen peut se pratiquer partout et avec tout être. En tout lieu. Et même.....sans “faire zazen”. Zazen c’est être humain et vivant ici, pleinement, maintenant. Alors il n’y a plus besoin de dojos ni d’étiquettes ni de rites.
Partagez zazen avec le plus large nombre comme celui qui a trouvé la source dans le désert et qui a envie que tous les êtres en profitent, mais ne jugez point de la façon dont les autres en font usage. Jamais.
Et envers les êtres qui pratiquent une autre religion, une autre foi, voir qui revendiquent de ne pas croire, alors inspirez-vous de leur pratique pour enrichir la votre, délectez vous de leurs enseignements, car tout est précieux dans cet univers, vraiment tout.
Ici, à La Montagne Sans Sommet, il n’y a pas de place pour l’injure envers une autre sangha bouddhiste ou encore envers une autre croyance.

  

(Federico Dainin Jôkô Sensei 
 extrait d’un enseignement donné lors d’un rassemblement suite aux actes islamophobes et antisémites de l’hiver 2014)



Photos d’une présentation de zazen et de la méditation bouddhique au salon du Bien-Être de Paris.